Chapitre III “Facile, rapide, gratuit … et sans engagement ?!”

 

Bonjour à tous les DataDockés ! (nous sommes environ 33.000)

Si certains ont aimé la première étape (référencement) alors ils vont apprécier la seconde : voici venu le temps des contrôles.

Je vous partage quelques observations.

 

Accompagnements …

On voit encore sur le net de nombreuses offres pour se faire accompagner au “référencement DataDock”.

Certaines semblent très attractives.

Pour deux raisons essentielles :

  • “vous n’aurez rien à faire car on s’occupe de tout” : on pourrait se débarrasser de ces démarches comme on paierait une amende ! Avec un niveau d’implication proche de zéro.
  • “ça ne va (presque) rien vous coûter” : l’utilité du conseil étant difficilement mesurable celui-ci devrait être idéalement gratuit. C’est bien connu.

Parfois on nous précise aussi que ce sera rapide et que le résultat est garanti ! Comment résister ?

Mais passons : sur le nombre, ça a pu fonctionner … après tout c’est du déclaratif.

Contrôles ?

Quelle que soit la façon dont on s’y est pris, ce déclaratif engage l’organisme de formation sur le respect d’une réalité mesurable.

Autrement, ça n’aurait pas de sens ! Il vaut mieux l’avoir anticipé.

Un appel d’offre a été lancé par le GIE D2OF (DataDock) pour organiser des contrôles “Qualité” sur la base des 6 critères.

Le GIE va confier pour 80 % à un ou des prestataire(s) externe(s) la mission de structurer et de réaliser un programme de contrôle des OF DataDockés sur le plan national (800 contrôles à programmer d’ici fin 2018 et 3000 à prévoir sur 2019).

  • Ces contrôles doivent porter sur l’adéquation entre les pièces déposées et leurs utilisations effectives dans l’organisme de formation.
  • Ils porteront également sur la conformité des pièces déposées au regard des exigences de la réglementation du Code du Travail.
  • Ils peuvent se dérouler sur site, afin d’évaluer le respect de l’obligation de moyens incombant au centre de formation (locaux – Indicateur 2.2 du DD, moyens pédagogiques – Indicateurs 1.3/3.1/3.2 notamment).

Enfin, la priorité des contrôles semblerait se concentrer sur les organismes qui sont passés par le “circuit long”. Alors quid des organismes qui ont suivi le “circuit court” ? (car détenant une certification ou un label inscrit sur la liste du CNEFOP). Ça reste à clarifier…

Sanctions ?

Pour les OF cette campagne de contrôle est l’opportunité de bien se mettre à jour sur sa base documentaire et sur son fonctionnement interne. Bref, de travailler à sa pérennité.

En matière de “sanction”, si une anomalie était constatée il est bien sûr à prévoir d’être en mesure d’appliquer les recommandations qui seront faites pour éviter un déréférencement ou une suspension des paiements.

En outre, gardons à l’esprit qu’au-delà de son objet initial, une fraude suspectée lors d’un contrôle fait logiquement l’objet d’un rapport auprès des services de contrôle compétents …

 

Improviser ne s’improvise pas, dit l’adage.

Nous pensons que chaque situation est particulière et mérite un traitement approprié.

Vous l’avez compris, notre équipe est à votre disposition pour vous préparer à l’éventualité d’un contrôle et à la démarche d’actualisation de vos données.

En attendant, pourquoi se priver de participer à nos petits déjeuners et surtout d’échanger avec les consultant(e)s. Pour le coup c’est gratuit ! 😉

Ce qui est (bien) fait n’est plus à (re)faire, … c’est aussi ça, gagner du temps, non ?

Vincent GERARD

  • Consultant et Directeur de projet Qualité Litz Formation & Conseil
  • Consultant Compétence Certification
  • Membre du COS12 à l’AFNOR (Comité d’Orientation Stratégique – Management et Service)
  • Ex-président de l’ICPF & PSI (Institut de Certification des Professionnels de la Formation – liste CNEFOP)